Contempler et accepter ce qui est – La méditation de pleine conscience


Qu’est-ce que c’est ?

Inspirée des pratiques bouddhistes, la méditation de pleine conscience a pris son essor aux Etats-Unis dans les années 50 et se pratique de plus en plus en France. Cette pratique n’est ni égocentrique, ni religieuse. Il ne s’agit pas non plus de rester des heures immobile sur un coussin. La méditation de pleine conscience, c’est observer simplement ce qui est, nous centrer sur nos sensations, et observer nos pensées telles qu’elles sont, sans chercher à les stopper ou à les interdire. C’est une pratique contemplative : on ne cherche pas à éviter de ressentir des émotions et sensations douloureuses ou à les masquer, mais au contraire à les accepter sans les amplifier. Nous pouvons la pratiquer à tout moment de la journée pour prendre du recul sur le flot incessant de nos idées, et sortir de nos croyances et jugements sur les autres ou sur nous-même.

Une pratique souple

Peu importe la durée ou le lieu, ce qui compte, c’est la régularité. Nous pouvons méditer en marchant, en courant, au réveil ou juste avant de dormir. Nous pouvons focaliser notre attention sur un objet précis (une flamme, par exemple), sur notre propre respiration (sensations au niveau du vente ou du nez), sur nos sensations pendant une activité (comme la vaisselle ou la marche), sur son propre corps (contacts de notre corps avec le sol ou le siège). Pendant la méditation des pensées ou des émotions apparaissent. C’est naturel, c’est le travail de notre esprit. Nous pouvons les regarder sans nous y attacher, avant de revenir à l’objet de notre attention. Méditer, c’est faire cet aller-retour permanent entre nos sensations et nos pensées et émotions.

Des effets concrets

Au fil des pratiques, nous prenons conscience de notre corps et de notre fonctionnement. De nouvelles idées surgissent, ouvrant la place à ne nouveaux possibles, inimaginables avant. Des choses qui nous semblaient compliquées, voire impossibles semblent désormais plus simples et à notre portée. Nous relativisons plus facilement les évènements qui surviennent dans notre vie et nous sommes moins sensibles au stress. Notre capacité à l’empathie et à la compassion augmente et nous entrons plus facilement en relation avec les autres.

Sortir de la dépression

Une étude de 2015, montre que la méditation de pleine conscience est aussi efficace contre la dépression que les antidépresseurs et les chercheurs la recommandent pour les patients souffrant de dépression majeure et à risque élevé de rechute, en association avec les traitements habituels. Un travail a également été mené à l’université de Louvain auprès d’adolescent-te-s pour prévenir la dépression sur le long terme. Les neurosciences vont plus loin et montrent que méditer modifie le cerveau, favorisant l’empathie, la bienveillance et les émotions agréables, au détriment de l’agressivité et des émotions désagréables.

Pour aller plus loin

Pour tous

Pour les parents et leurs enfants

Programmes

Sous l’impulsion de Jon Kabat-Zinn et Zindel Segal des programmes ont été mis au point depuis plus de 20 ans aux États-Unis.

  • La MBCT (Mindfulness Based Cognitive Therapy) ou Thérapie cognitive basée sur la pleine conscience pour la prévention des rechutes dépressives est un protocole de 8 séances de 2 heures chacune dont l’intérêt a été validé pour la prévention des rechutes dépressives chez des personnes ayant connu au moins trois épisodes dépressifs.
  • La MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction) ou « Réduction du stress basée sur la pleine conscience » est un protocole de 8 séances de 2 heures pour expérimenter différentes façons de répondre au stress plutôt que de le subir.

Photo :  gwenole camusCertains droits réservés

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :