Le temps d’une respiration, ou l’art de faire une pause

Il y a encore quelques années, la méditation pouvait avoir une connotation marginale, voire sectaire. Bref, c’était accessoire et réservé aux « doux illuminés ». Puis, les études et les preuves scientifiques sont arrivées : méditer contribue à une meilleure gestion du stress et de la douleur, favorise la concentration et peut constituer une alternative aux anti-dépresseurs. Aujourd’hui, une dizaine d’hôpitaux français mettent en place des programmes basés sur la méditation de pleine conscience.

Pas besoin de coussin, de silence ou de bloquer une heure pour méditer

Il existe des méditation guidée de quelques minutes à 30 minutes ou plus, à écouter depuis votre téléphone. Mais il peut aussi suffire de s’arrêter un instant, le temps de quelques respirations ou de vivre pleinement nos sensations. Au feu rouge, dans un parc, avant ou après le repas, dans la rue ou le métro… Nous pouvons savourer notre propre compagnie dans tous les petits temps du quotidien. Pour ma part, je profite des moments où je fais la vaisselle ou le ménage pour méditer et prendre de mes sensations de l’instant. Savourer les moments où mes enfants me sollicitent pour un jeu ou un câlin, c’est encore méditer : respirer, m’ancrer et être avec eux (plutôt que faire). L’essentiel c’est de saisir les moments que nous offrent la vie car chaque pratique facilite la suivante et ancre notre capacité gérer notre stress et à reconnecter notre cerveau.

Et si c’était une question de rythme ?

Je peux aussi contribuer à apaiser mon rythme cardiaque en contrôlant le rythme de ma respiration. Intéressant, non ? Simples et accessibles, les pratiques de cohérence cardiaque sont basées sur des exercices de respiration et visent à coordonner les battements de notre cœur avec notre respiration. 3-6-5, c’est la clé : 3 fois par jour, 6 respirations par minute pendant 5 minutes. Pratiquer ainsi 1 minute (quitte à mettre une alarme pour y penser) m’aide à trouver l’équilibre délicat entre le stress continue épuisant mes ressources et la détente excessive, frisant l’apathie.

En famille ou à l’école

Pour favoriser la concentration, l’attention à soi et le mieux-être, certains parents et enseignants invitent les enfants à prendre des pauses quotidiennes pour observer leurs sensations. Certains enfants ne prennent conscience de leurs mouvements que lorsqu’on leur demande d’observer ce qui se passe dans leur corps. Bien sûr, il ne s’agit pas d’interdire le mouvement ! Juste de prendre conscience de ce qui se passe, des sensations internes. Quel cadeau pour la vie ! Sans compter que ces pauses profitent également aux adultes et contribuent à l’épanouissement de notre sourire intérieur et à un accompagnement plus serein des enfants !

En résumé ?

Pendant que vous prenez votre petit déjeuner (ou que vous jouez avec votre enfant, ou que …), soyez uniquement en train de prendre votre petit déjeuner, et pas déjà en réunion à présenter votre projet, ou en train de faire tout le ménage qui ne manquera pas de vous prendre toute la matinée !

Photo : solylunafamiliaCertains droits réservés

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :